VICTIMES DU PIRATAGE D’ORANGE : 5 CONSEILS POUR NE PAS SE FAIRE PIÉGER

image

1,3 million d’utilisateurs sont concernés par le vol de données personnelles. Voici quelques conseils pour éviter une attaque du type « phishing ».

Orange piraté : ce que vous risquez

Orange s’est fait dérober 800.000 données personnelles
Noms, prénoms, adresses e-mail, numéro de mobile, l’ensemble de ses données a été volé lors d’une cyberattaque contre l’opérateur Orange. Celle-ci visait la « plateforme technique d’envoi de courriers électroniques et de SMS qu’elle utilise pour ses campagnes commerciales ».

L’entreprise de téléphonie mobile reconnaît que
1,3 million d’utilisateurs sont concernés par ce piratage. Enorme. Et pire : ce n’est pas la première fois que l’opérateur Orange subit un tel vol de données ! En février, déjà 800.000 clients ont été touchés par une cyberattaque. Avant qu’une nouvelle attaque ne sévisse, vite, protégez-vous. « Le Nouvel Observateur » vous dit comment . 

Attention au phishing

Après ce nouveau piratage, Orange appelle à la plus grande prudence. L’opérateur a adressé un e-mail à ses utilisateurs pour les mettre en garde face au risque que représente cette cyberattaque.

Principal danger après un vol de données de cette ampleur : le « phishing » (ou « hameçonnage »). Les données personnelles dérobées peuvent permettre aux pirates informatiques d’envoyer des e-mails frauduleux aux victimes de la cyberattaque. Ces messages leur demandent des données confidentielles, comme des mots de passe ou des numéros de carte de crédit. Avec l’objectif de siphonner les comptes en banque.

Le piège : ces faux e-mails ressemblent de plus en plus aux messages officiels envoyés par l’opérateur Orange. Les fautes d’orthographe peuvent vous mettre la puce à l’oreille : 

image

4 réflexes pour ne pas se faire piéger

Ne donnez jamais vos coordonnées bancaires
Même si le mail paraît crédible, il ne faut jamais renseigner votre numéro de carte de crédit. Comme le signale la Gendarmerie nationale sur son site web, « il est en effet rare (voire impossible) qu’on vous demande des renseignements aussi importants par un simple courrier électronique ».

Vérifiez l’adresse mail de l’expéditeur
Pour déterminer s’il s’agit d’un courrier électronique frauduleux ou non, il est aussi possible de vérifier l’adresse mail qui accompagne le message. Si c’est un faux e-mail, l’adresse de l’expéditeur ne correspond pas à celle utilisée couramment par l’opérateur.

Ne cliquez pas sur les liens hypertextes
Si vous recevez un mail, à première vue de votre opérateur, méfiez-vous du contenu du message. Dans la plupart des cas, le mail frauduleux propose de se rendre sur le site internet de l’opérateur. Sauf qu’il s’agit en fait d’une copie du site qui vise à recueillir des données comme votre mot de passe ou votre numéro de carte de crédit. Le plus sûr est d’ouvrir votre navigateur pour accéder à la plateforme officielle de votre opérateur.

Vérifiez que votre connexion est sécurisée
En cas de doute sur la fiabilité du site de votre opérateur, il faut s’assurer que la connexion est sécurisée. Cette information est visible dans l’adresse même du site. Il faut que la mention « https » apparaisse dans la barre de votre navigateur. Un petit cadenas peut aussi s’afficher, symbole d’une connexion sécurisée.

Source : Florian Delafoi – Le Nouvel Observateur

RCY



Laisser un commentaire


Hit Counter provided by Seo Packages